greco_2

gg_4

Retour sur un coup de cœur lors de l' exposition, à Paris, à l' automne 2019, de Dominikos Theotokopoulos dit El Greco (1541-1614)  et sur le tableau intitulé: l' ouverture su septième sceau.

Gérard Garouste (1946) commente ainsi ce chef d' œuvre: " Sur le plan de la composition,ce tableau, est un fiasco,car tout y est bizarre. Il me frappe d' abord par l' absence de profondeur. Quant à Saint Jean, le personnage démesuré du premier plan, en tunique bleue, les bras levés, on ne sait pas s' il est debout ou à genoux. Dans les deux cas de toute manière, çà ne fonctionne pas (...) Le Greco s' en moque. la jouissance de la peinture passe avant."

Gérard Garouste peut revendiquer l' influence du Greco sur son travail comme le prouve entre autre, un extrait de cette fresque réalisée pour la salle des mariages de l' hôtel de ville de Mons ayant pour thème le "combat de Saint Georges contre le dragon".

Si l'on a reproché durant prés de deux siècles au Greco, ses silhouettes tourmentées allongées jusqu' à l' irréalité, ces reproches et toute son œuvre, sont devenus source d' inspiration chez les artistes contemporains.

5_eme_sceau_1